Critique de TARZAN (2016)

TARZAN – Bande Annonce Officielle 2 (VF) – Alexander Skarsgård


Encore une adaptation live d’un Disney classique ?! Eh non ! Tarzan de David Yates n’a rien à voir avec les studios de Mickey. C’est une toute nouvelle vision du personnage ayant grandi dans la jungle africaine que nous propose la Warner.

 

UN SCÉNARIO QUI CHANGE MAIS QUI RESTE CREUX

rom

Avec ce nouveau film nous ne sommes pas face à une énième adaptation de la vie de Tarzan parmi les singes. Au début du film, Tarzan, où plutôt John Clayton III, vit dans une belle maison en Angleterre avec Jane et plusieurs domestiques, cela fait 4 ans qu’il a quitté la jungle dans laquelle il a grandi. Il est envoyé au Congo, en tant qu’émissaire de Commerce. Mais il est tombé dans un piège, en effet, le Captaine Rom a promis de le livrer au chef Mbonga qui veut la mort de Tarzan, en échange de diamants.
Tarzan va donc renouer avec ses racines mais tout ne va évidemment pas se passer comme prévu.

Il est assez agréable d’avoir un scénario différent de ce que l’on a l’habitude de voir avec Tarzan, mais on est assez vite déçu car ce dernier, en plus d’être très basique est assez plat. Tarzan revient, son village est mis à sac par les méchants qui enlèvent Jane. Tarzan et ses amis vont tout faire pour sauver son amoureuse des griffes du méchant Capitaine Rom. Simple mais efficace ? Pas sûr. 

UN FILM QUI NE S’AFFIRME PAS DANS SES CHOIX

Afin de ne pas décevoir les fans du Tarzan vivant parmi les singes, le film a choisi de montrer par flash-back, des bribes du passé de Tarzan dans la jungle. Seulement, la plupart de ces passages ne sont d’aucune utilité au film et surviennent assez aléatoirement tout au long du récit.

tarzan

On dirait que Tarzan essaye à la fois de donner une nouvelle dimension au personnage mais souhaite aussi  nous rassurer en nous livrant des scènes qui frisent la copie de l’adaptation de Disney. Le film ne prend donc pas partie, et à vouloir contenter tout le monde, on ne contente plus personne. 

DES PERSONNAGES PEU CRÉDIBLES

Alexander Skarsgård s’en sort assez bien dans le rôle de Tarzan, même si on a peine à croire qu’un garçon ayant grandi dans la jungle soit aussi pâle (certes, cela fait 4 ans qu’il est retourné en Angleterre mais tout de même). Quant à Margot Robbie dans le rôle de Jane, elle me semble être un mauvais choix, en effet,l’actrice n’est pas crédible dans ce rôle qui visiblement ne lui convient pas. On ne s’attache pas vraiment au personnage et son sort nous est parfaitement égal. De plus, même si elle a un côté « femme forte » qui sait se défendre, elle incarne néanmoins le très vieux cliché de la « demoiselle en détresse », Tarzan étant prêt à se jeter bras ouverts dans un piège pour aller la délivrer. Comme une impression de déjà vu. Il en résulte que le couple Tarzan/Jane ne fonctionne pas, on a du mal à y croire et à ressentir la moindre sympathie à leur égard.

jane

Mais penchons-nous à présent sur deux anomalies : le Capitaine Rom (Christoph Waltz) et George Washington Williams ( Samuel L. Jackson). Christoph fait ici ce qu’il fait de mieux : le méchant sadique, celui-ci aime particulièrement étrangler ses victimes avec son chapelet. Samuel L. Jackson joue un afro-américain maniant les armes à feux à la perfection. Le problème ? Les deux personnages semblent tout droit sortis d’un western de Tarantino et on se demande franchement ce qu’ils font là, en particulier George Washington Williams qui semble incarner le « quota Etats-Unis » dont il est le seul représentant dans le film.

tarzan

Les personnages ne nous aident donc pas vraiment à nous plonger dans l’ambiance du film, heureusement que les décors et effets spéciaux sauvent l’ensemble.

DE BONS EFFETS SPÉCIAUX MAIS UNE 3D PEU UTILE

Heureusement, l’ambiance générale du film est là pour nous donner une petite part de rêve. En effet, les effets spéciaux sont plutôt bien réalisés, les animaux en particulier font plaisir à regarder. On sait, en les voyant, qu’ils ne sont pas réels mais ils apportent une bonne valeur ajoutée au film. Les singes en particulier, possèdent un très large panel d’émotions, et il est assez frustrant de ne pas les voir davantage ! Tarzan a bien grandi dans la jungle, mais cette adaptation met les humains au premier plan du film. 

tarzan

La diversité des décors nous permet également de voyager dans ce milieu sauvage qui commence tout juste a être grignoté par la domination du genre humain. Malgré de nombreuses scènes d’action, le film sait se ralentir pour nous imprégner de son environnement.

En revanche, la 3D du film s’avère peu utile hormis quelques petites scène en présence d’animaux qui se rapprochent beaucoup du spectateur.

EN BREF…

Tarzan n’est pas un mauvais film en soi, il se regarde et reste un bon divertissement. Néanmoins la réalisation et le jeu d’acteur ne nous permettent pas de vraiment rentrer dans le film que l’on regarde passivement, sans vraiment s’y investir. Le film jongle trop entre les genres et s’y emmêle !