[Test] Ibasso DX50

iBasso n’est pas la marque la plus connue de l’univers malgré leurs Baladeurs, mini-DAC, DAC … Mais c’est une marque uniquement concentré sur l’audio. Marque assez méconnue dans nos contrées mais fort populaire en Asie. iBasso propose dans sa gamme de baladeur des produits a prix raisonnable (tout comme Fiio), contrairement au marques d’élite comme Astell & Kern avec des produits à 600€ voir plus

.IMG_4359

 

Nous allons tester le iBasso DX50, l’entrée de la gamme iBasso, le DX50 c’est le baladeur que personne n’attendait mais qui bouscule le monde des baladeurs audiophile et pour cause c’est le premier baladeur de iBasso , il a été rejoint depuis par le DX90. Que vaut le DX50, la réponse dans le test.

 

Prise en main

À la première prise en main, le DX50 surprend. Il est assez compact, léger et bien fini et très agréable au toucher avec sa conception en aluminium. Sur la face avant on retrouve un écran tactile IPS et trois boutons (avance, retour rapide & play). Les boutons en façade sont très pratique et bien ajustés et l’écran est jolis et assez lumineux. Un véritable baladeur premium en somme.

Le tactile est clairement le point fort du DX50, associé a la dalle IPS capacitive, c’est un des premiers baladeur ergonomique avec un fonctionnement assez similaire aux smartphone qu’on connais bien. L’écran est assez bien défini, contrasté c’est un assez bon écran mais il n’a pas la prétention d’égaler un smartphone actuel.

Les boutons en façade permettent de naviguer dans ses albums sans sortir l’appareil de la poche on peut passer à la chanson suivante ou mettre sur pause à la volé dans sa poche et ça c’est fort appréciable.Le volume quand a lui se règle via deux boutons sur la tranche.

Boîte et accessoires IMG_4358

 

La boîte du DX50 est assez jolie, brune avec un bandeau noir qui la maintient. Le contenu est assez basique avec :

-Le DX50

-Des films plastique de protection d’écran

-Une housse en caoutchouc

-Un câble coaxial, et un câble micro-usb

 

Les caractéristiques

La puce audio du DX50 est basé sur le DAC Wolfson WM8740 qui a la capacité de décoder les flux en 24 bits 192khz. La lecture de tous les formats lossless (sans perte) est assuré, FLAC,ALAC et OGG avec en prime la fonction bitperfect. Les flux DSD sont lu à partir du firmware 1.2.8.

{"macroEnabled":false,"qualityMode":3,"deviceTilt":-0.000686005749974683,"customExposureMode":1,"extendedExposure":false,"whiteBalanceProgram":0,"focusMode":1}

IMG_4359

 

 

 

{"macroEnabled":false,"qualityMode":3,"deviceTilt":-0.06431551376846834,"customExposureMode":1,"extendedExposure":false,"whiteBalanceProgram":0,"focusMode":1}

iBasso a également intégré un ampli casque, cela se traduit par une amplification du signal. Le réglage du gain se fait en trois positions: Low/Medium/High (boutons situé sur le bas de l’appareil) le réglage du volume se fait sur 256 pas, ce qui permet de régler le niveau sonore avec grande précision.

En plus de la sortie casque (en jack 3.5mm) le DX50 possède une sortie line-out pour brancher un ampli. Il a également une sortie coaxiale pour connecter un DAC externe. Le DX50 peut également être brancher en USB pour pouvoir l’utiliser en DAC de bureau.

 

Voici quelques données fournies par iBasso :IMG_4365

  • Ecran capacitif IPS de 2.31″
  • 8GB de mémoire interne
  • Support des cartes micro-SD
  • Impédance de sortie inférieure à 0.5 ohms

Sortie ligne

  • Réponse en fréquence: 20Hz~20KHz +/-0.2dB
  • S/N: -109dB +/-3dB
  • THD+N: 0.003%
  • Niveau de sortie: 1.5V rms (1kHz 0dB)

Sortie Casque

  • Réponse en fréquence: 20Hz~20KHz +/-1dB
  • THD+N: 0.004% (32ohm load)
  • Output Level: 1.2V(Low gain), 1.7V(Mid gain), 3.1V(High Gain)

 

A l’usage

Après plusieurs semaines d’utilisation, la bonne surprise se confirme et la compacité de l’appareil permet de le glisser dans toutes les poches sans se sentir encombré. Les touches larges sont très pratique pour changer de musique sans avoir à sortir le baladeur et la manipulation fonctionne même à travers la poche de jean. La sortie casque est situé à la base du baladeur mais vu le format du DX50 ce n’est finalement pas dérangeant car on a facilement accès au contrôle du volume, de plus cela permet de gérer le gain facilement.

La navigation dans les menus est simple, que ce soit par tags ou directement dans les dossiers, tout est fluide et la navigation se fait avec un seul doigt. Parfois pour faire au mieux, il faut faire au plus simple.

Comme sur les X3 et X5, le firmware est régulièrement mis à jour. A la clé, une amélioration de l’autonomie, un équilibrage des performances sonores ou encore l’ajout de fonctionnalités comme la possibilité de l’utiliser en DAC ou la lecture de fichiers DSD.
Le seul problème vient du scrolling qui se révèle aléatoirement bon ou mauvais en fonction du firmware.

{"macroEnabled":false,"qualityMode":3,"deviceTilt":-0.03214140335587068,"customExposureMode":1,"extendedExposure":false,"whiteBalanceProgram":0,"focusMode":1}

Passons maintenant au coeur du sujet, le son !

Dans nos oreilles ?

J’ai testé pas mal de fichiers du plus mauvais au meilleur: fichiers MP3 (j’ai serré les dents), qualité CD, puis du 24-bit de 44,1 à 192 kHz, et ce, au travers d’albums que je connais bien la texture sonore : London Grammar, Michael Jackson / Thriller, l’étonnant Yodelice / Square Eyes.

Le DX50 se situe tarifairement entre les FiiO X5 et X3 et en face des modèles milieu de gamme de Hifiman.

Cela se confirme d’ailleurs au niveau du son, plus détaillé que le X3.

La lecture de fichiers haute définition confirme cette première impression, le DX50 en a dans le ventre et le convertisseur Wolfson est parfaitement épaulé par le circuit d’amplification développé par Ibasso. L’écoute des fichiers DSD est un délice, vraiment ! Pour le volume sonore je suis entre 150 et 210.

Le grave est propre avec une réponse linéaire le DX50 est très bon dans se domaine et les amateurs de grave ne serons pas décu.
Le médium est bien mis en avant ce qui accentue la proximité des voix. Le timbre des voix est sublimement rendu et l’ensemble des genres profite de ce choix du constructeur. Jazz Pop et rock seront les genres les plus appréciés par le DX50, « Space Oddity de David Bowie » en Haute définition est tout simplement renversante avec un bon casque est ce baladeur.
Enfin, concernant les aigus c’est le même constat que pour les graves, très linéaire sans pics agressifs (notamment le fameux 8 kHz) et cela satisfera tout le monde.

Au niveau de la distorsion, rien à signaler même à haut volume ça ne sature pas et en général vos oreilles lâcheront bien avant.

Testé avec mon Sennheiser Momentum , un Sennheiser HD700 et des intras marley.

L’écoute est vraiment largement supérieur a l’expérience Smarphone ! Pour celui qui aime le bon son même en déplacement le DX50 est parfait !

Quelques fonctions

Le gapless est inclus sur l’appareil mais il faut aussi l’activer dans les menus, pour ceux qui ne le savent pas, ce mode permet de passer les pistes les unes après les autres sans silence entre chaque piste, idéal pour un concert par exemple.
L’usage en mode DAC doit lui aussi passer par un menu, il faut choisir DAC à la place de stockage afin que l’appareil soit reconnu comme une carte son par l’ordinateur.

Avec un ampli externe, il est nécessaire de passer par la prise line out et (paradoxe) de pousser le volume au maximum. Si la sortie n’utilise pas l’amplification interne il semblerait que le stepper numérique reste actif, un peu bizarre mais intéressant pour être en sortie de DAC.
Il est conseillé d’utiliser un très bon ampli externe par contre car l’amplification interne suffit parfaitement en règle générale et à moins d’utiliser un ampli haut de gamme la différence qualitative sera légère et je ne justifiera pas l’investissement.

Concernant l’autonomie de l’appareil, pas de mauvaises surprises. On oscille entre 13 et 15h sur la dernière version du firmware. Que la musicothèque soit en wav, flac ou alac n’a plus d’impact majeur sur l’autonomie. La recharge se fait en USB et prend une à deux heures en fonction du chargeur.

{"macroEnabled":false,"qualityMode":3,"deviceTilt":0.07916837185621262,"customExposureMode":1,"extendedExposure":false,"whiteBalanceProgram":0,"focusMode":1}

La batterie est amovible pour ceux que ça intéresse. Elle est identique à celle du Samsung S3 et se trouve pour quelques euros sur Internet.

Pour conclure

Un coup de coeur, le Ibasso DX50 l’est assurément. Ergonomique, compact et surtout performant c’est le meilleur rapport qualité/prix parmi les baladeurs audiophiles actuels. L’écran tactile marque une véritable rupture dans ce domaine, il était l’apanage de modèle flirtant avec les 1000€.
Une très belle réussite de la part d’Ibasso ! Qui se place directement comme une marque à surveiller de très prêt pour les années à venir.
Un baladeur performant, compact et simple à utiliser. Le meilleur rapport qualité/prix du marché.

{"macroEnabled":false,"qualityMode":3,"deviceTilt":-0.03214140335587068,"customExposureMode":1,"extendedExposure":false,"whiteBalanceProgram":0,"focusMode":1}

  • Très bon article 🙂

  • gnikolic

    Bel Article

  • Damin

    Combien ça vaut ?

    • Anthony Ruffio

      Environ 300€ cela dépend des sites.